RM2G99PG4Au service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PFNAu service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PG7Au service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PHFAu service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PGJAu service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PH7Au service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PHDAu service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PHTAu service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PG5Au service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PHWAu service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PHMAu service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PFYAu service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM
RM2G99PFTAu service des urgences de l'hôpital Mongi Slim à la Marsa, dans la banlieue nord de Tunis, en Tunisie, le 23 juillet 2021. Le chef du département, le Dr Nour Nouira, doit gérer avec son équipe une crise quotidienne très tendue Covid-19. Toutes les chambres, salles et couloirs du service sont réquisitionnés pour les cas Covid, tout en gérant les urgences quotidiennes. La tension du flux d'oxygène très sollicitée par la surcharge des patients est le problème majeur en plus de la sous-dotation du personnel vis-à-vis de la variante Delta. Photo de Nicolas Fauque/Images de Tunisie/ABACAPRESS.COM