Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . A Paris, P.ir la Compagnie des libraires. AVEC PRIVILÈGE DU ROLthtredemonsi04legr
RM2AKR64CThéâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . A Paris, P.ir la Compagnie des libraires. AVEC PRIVILÈGE DU ROLthtredemonsi04legr
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . ;Un^-v é(&Lt ;^^ x&Lt ;^^^ ^^^ ? 2r K7^^^^ à : - : :-" ; 1 : LA CHASSE DU CERF, C 0 M E D I E-B A LL ET. t" K^ t*î "f- ?  : F*î !^ f** "W V^^ tittlle V. DU FRESN E. g bien McTdemoirelles reftfrons , , nous encore longtemps-smtc dans ce pr".^ f""nd filence &gt ; trois femmes cnfembîe dTieure depjis pinte onu fans parkr !
RM2AKPREPThéâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . ;Un^-v é(&Lt ;^^ x&Lt ;^^^ ^^^ ?~ 2r K7^^^^ à : - : :-" ; 1 : LA CHASSE DU CERF, C 0 M E D I E-B A LL ET. t" K^ t*î "f- ?  : F*î !^ f** "W V^^ tittlle V. DU FRESN E. g bien McTdemoirelles reftfrons , , nous encore longtemps-smtc dans ce pr".^ f""nd filence &gt ; trois femmes cnfembîe dTieure depjis pinte onu fans parkr !
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy la FRPA ge . triflefTe:11 efl tourmenté nous chante dans fon ramage ,II ncft point de fcîiciré,Sani la charmante Liberté , Liberté , Liberté , Liberté. Lorfque eft dans iefclavage,Tonne Par les plaifirs eft-sur éveillé , Non ?tout blefle, rien ne foulage ,sur hait jufqucs à la beauté.Dans le lHymen plus pcnfc foiifcnt fouhaité ,sur au veuvage. ^§ JE sé LES AMAZON Il neft point de félicité sans la charmante Liberté ^^Liberté , Liberté, Libercéw VOférx ENTRÉEde Danfeurs de l'ONU, ETRANGER. La Grande Conche à jamais^ Honorons la mémoire ,Chantons, chantons leur gloi
RM2AKPA46Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy la FRPA ge . triflefTe:11 efl tourmenté nous chante dans fon ramage ,II ncft point de fcîiciré,Sani la charmante Liberté , Liberté , Liberté , Liberté. Lorfque eft dans iefclavage,Tonne Par les plaifirs eft-sur éveillé , Non ?tout blefle, rien ne foulage ,sur hait jufqucs à la beauté.Dans le lHymen plus pcnfc foiifcnt fouhaité ,sur au veuvage. ^§ JE sé LES AMAZON Il neft point de félicité sans la charmante Liberté ^^Liberté , Liberté, Libercéw VOférx ENTRÉEde Danfeurs de l'ONU, ETRANGER. La Grande Conche à jamais^ Honorons la mémoire ,Chantons, chantons leur gloi
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . Empereur ayant enlevé une Veftalede fon Temple, la veut contraindre dabandon-ner le culte de fes dieux pour être Impératrice,,, comédie. 303 Allons, Madame , figurez-vous que vous êtes VeCtaie ; Role ceft qui convient à la aflez Nou-veaicé ; & raoi je fuis Antonin CaracaUa. Un pré-lude de BalTe vous annonce mon arrivée, & jecommence par vous déclarer mon amour. Vous êtesfort étonnée, 4c moi répondez avec fierté ; je neme rebute point , et je reviens à la charge ; vousme dites des blessures, je vous menace , vous vousretranchez toujours fur votre v
RM2AKPF5WThéâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . Empereur ayant enlevé une Veftalede fon Temple, la veut contraindre dabandon-ner le culte de fes dieux pour être Impératrice,,, comédie. 303 Allons, Madame , figurez-vous que vous êtes VeCtaie ; Role ceft qui convient à la aflez Nou-veaicé ; & raoi je fuis Antonin CaracaUa. Un pré-lude de BalTe vous annonce mon arrivée, & jecommence par vous déclarer mon amour. Vous êtesfort étonnée, 4c moi répondez avec fierté ; je neme rebute point , et je reviens à la charge ; vousme dites des blessures, je vous menace , vous vousretranchez toujours fur votre v
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . nt de Valère , gé-nérale la voulu un moi parier de moi-même. Je mefouviens quautrefois dans mon village, quand jeparîois de Margot, cétoit fouvent à Jacquelineque jen voulois. LAmour eft comme ça inventifen déguifemens ses inventions pour déguifer.VALERE.Que diable veux-tu dire ?^ Me. ROBERT.P II fuffit, je mentens bien. Adieu, je fçaurâibien-tôt à quoi men tenir ; fi vous mayez trb.pé ,je vous la garde bonne. RMM MODERNES. Scène 369 VIL V A L E R E FE:iL /^ E pauvre Maître Robert eft fou, affûrément^^* Mais après tout, le Fuis-je moins q^e lui ?
RM2AKPBCBThéâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . nt de Valère , gé-nérale la voulu un moi parier de moi-même. Je mefouviens quautrefois dans mon village, quand jeparîois de Margot, cétoit fouvent à Jacquelineque jen voulois. LAmour eft comme ça inventifen déguifemens ses inventions pour déguifer.VALERE.Que diable veux-tu dire ?^ Me. ROBERT.P II fuffit, je mentens bien. Adieu, je fçaurâibien-tôt à quoi men tenir ; fi vous mayez trb.pé ,je vous la garde bonne. RMM MODERNES. Scène 369 VIL V A L E R E FE:iL /^ E pauvre Maître Robert eft fou, affûrément^^* Mais après tout, le Fuis-je moins q^e lui ?
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . MODERNES. Scène 327 III. Me. R O B E R T E T JchL pauvre garçon étoit perdu fans moi ; nuii- ?- morgue je rifque diablement, Fi la mècherient à être découverte , & il faut tenir ça bian fe-cret , audi bian que la penfée qui racft dansriraaginaticn site mixte Ceinture elastique Longueur entrejambe 80 que mon Vatû avoit baille dan$de notre Générale. Depuis un mois elle fou-pire , elle veut toujours de moi parler , & toutcoun sarrête , je devine que ça veut dire queuque chofe >je ne-nous pas fi niais que jen ai la meine. Maisvoici deux nouvelles Amazones de la pnfe que nosGuerrières ont &ic
RM2AKPDP5Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . MODERNES. Scène 327 III. Me. R O B E R T E T JchL pauvre garçon étoit perdu fans moi ; nuii- ?- morgue je rifque diablement, Fi la mècherient à être découverte , & il faut tenir ça bian fe-cret , audi bian que la penfée qui racft dansriraaginaticn site mixte Ceinture elastique Longueur entrejambe 80 que mon Vatû avoit baille dan$de notre Générale. Depuis un mois elle fou-pire , elle veut toujours de moi parler , & toutcoun sarrête , je devine que ça veut dire queuque chofe >je ne-nous pas fi niais que jen ai la meine. Maisvoici deux nouvelles Amazones de la pnfe que nosGuerrières ont &ic
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . sur le difc 5c que 1 sur îaXc fccrctteracnc ,Filette peut ecouter un Anunt,je v.coxt un autre pafîc : ji iil falloir, tout-ci, tout-ça, Bredi, Breda,que fans en rien rabattre ,nie alla jufquà quatre ,f AltC-U. Ly TMC. h 122 LES NOUVEAUX Quand dun oeil fripon sur magace me choilit,et quon pour Amant,Je me iamourette aifemenc ,une tendances pafTe:Mais fi lon veut, tout-ci , tout-ça.Bredi breda ,,en changeant de langage,Parler de mariage ,Alte-là. LA PETITE FILLE, Maman me menace du Couvent,si je nattends jufquà 15 ansPour avoir des Amans  ; Ah ! Jufquà qui
RM2AKR05GThéâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . sur le difc 5c que 1 sur îaXc fccrctteracnc ,Filette peut ecouter un Anunt,je v.coxt un autre pafîc : ji iil falloir, tout-ci, tout-ça, Bredi, Breda,que fans en rien rabattre ,nie alla jufquà quatre ,f AltC-U. Ly TMC. h 122 LES NOUVEAUX Quand dun oeil fripon sur magace me choilit,et quon pour Amant,Je me iamourette aifemenc ,une tendances pafTe:Mais fi lon veut, tout-ci , tout-ça.Bredi breda ,,en changeant de langage,Parler de mariage ,Alte-là. LA PETITE FILLE, Maman me menace du Couvent,si je nattends jufquà 15 ansPour avoir des Amans  ; Ah ! Jufquà qui
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . Dans heureux ,-Par vos agréables,menfonges Flatez delîrs fes amoureux. ENTREE DE SONGES. UN SONGE. Zacorin Lucinetts , je fuis,Je cède enfin à tes foupirs ,si mes faveurs font tes plaifîrs yJe les prodigue , je les jette ^au devant de tes defirs, E N T R E £ des Songes extravagans. ÎJNAUTRE SONGE, Heureux Amanr.Songe quen ce moment,LAmour te changer en chien couchant ^Songe quen ceflant iille d'être Luckiette ,devient Perdreau,si le refpeél te dit, tout-beauLoccaHon^ te dit pille. T&gt ; U CERF. 215 ZACOKlNfe^ enfu !Pourquoi faut-ant, ahoye^en commeun Ch
RM2AKPP3AThéâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . Dans heureux ,-Par vos agréables,menfonges Flatez delîrs fes amoureux. ENTREE DE SONGES. UN SONGE. Zacorin Lucinetts , je fuis,Je cède enfin à tes foupirs ,si mes faveurs font tes plaifîrs yJe les prodigue , je les jette ^au devant de tes defirs, E N T R E £ des Songes extravagans. ÎJNAUTRE SONGE, Heureux Amanr.Songe quen ce moment,LAmour te changer en chien couchant ^Songe quen ceflant iille d'être Luckiette ,devient Perdreau,si le refpeél te dit, tout-beauLoccaHon^ te dit pille. T&gt ; U CERF. 215 ZACOKlNfe^ enfu !Pourquoi faut-ant, ahoye^en commeun Ch
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . re Mafculin.Mais la femme en eft plus aimable ,Plus riante , plus agréable ,quand elle eft en pointe de vin  ; Honneur au sexe féminin, IV, amazone, Lhomme corrigeant la nature,pour faire pafler fa figure ,se fait tondre foir & matin ;Nargue du genre Mafculin femme bellç^.l 3 aux yeux expofç LécUt modernes. 35^ léclac du Lys & de la Fonds engagés ,que Jon voie briller fur fon teint  ; Honneur au sexe féminin. C. AMAZONE. Pendant dix ans lhomme c-Ludie,et quelquefois toute fa vie ;Quen a-t-il de refte à la cor ?Nargue Genre dj MafculinUne Agnei fans expérience
RM2AKPBYHThéâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . re Mafculin.Mais la femme en eft plus aimable ,Plus riante , plus agréable ,quand elle eft en pointe de vin  ; Honneur au sexe féminin, IV, amazone, Lhomme corrigeant la nature,pour faire pafler fa figure ,se fait tondre foir & matin ;Nargue du genre Mafculin femme bellç^.l 3 aux yeux expofç LécUt modernes. 35^ léclac du Lys & de la Fonds engagés ,que Jon voie briller fur fon teint  ; Honneur au sexe féminin. C. AMAZONE. Pendant dix ans lhomme c-Ludie,et quelquefois toute fa vie ;Quen a-t-il de refte à la cor ?Nargue Genre dj MafculinUne Agnei fans expérience
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . cFranceze le mieux que ze le pouérc.PANTALON.Et brave brave , couflî bafta, maintenant je vousdiro que j*ai paflc chez le noftro Con-Cratto par Notaro di matrim"nio , queftio nentendpas 8c Notaro una fola parola Italiaiia ; 3c il parla le Fran.cezé , prcrto preilo as as, que mi m. entcndoniente A G A T H I N F.Cela eft aflez davoir une cmbaraflant unbredouilleur/taire à. PANTALON.Ma vous lui en didcrcs Franceze mes inten-tion ! , Que je vai" fcivcre mjoaetto in italiano dani le adcfTo, adelFo.. A G A T H I N F.Allez . Allez, Monfieur , je ferai
RM2AKPY62Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . cFranceze le mieux que ze le pouérc.PANTALON.Et brave brave , couflî bafta, maintenant je vousdiro que j*ai paflc chez le noftro Con-Cratto par Notaro di matrim"nio , queftio nentendpas 8c Notaro una fola parola Italiaiia ; 3c il parla le Fran.cezé , prcrto preilo as as, que mi m. entcndoniente A G A T H I N F.Cela eft aflez davoir une cmbaraflant unbredouilleur/taire à. PANTALON.Ma vous lui en didcrcs Franceze mes inten-tion ! , Que je vai" fcivcre mjoaetto in italiano dani le adcfTo, adelFo.. A G A T H I N F.Allez . Allez, Monfieur , je ferai
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . io LE MAUVAIS THÉÂTRE IV. MARIAMNE, ARLEQUIN,DEUX SUIVANTES. MARIAMNE. JE fuis tout effrayée , à peine je refpire , Arlequin , demeurez ; & vous, quon fe retraite"Un fauteuil, fans cela nepourrois je me parler.Quon cherche Cleor.  ? ARLEQUIN. II vient de senaîler^M A K I A M N F.Hé bien dans un moment dites-lui quil revienne *En lattendant, il faut que je vous entretienne.. M F N A G E N I, ? ^ ^- , ? -. VMARIAMNE ARLECLUIN, scène. M A R I A M N E.[-* nfin, fage Vieillard , vous voyez mes chagrins ;•*-- Et fi de mon Epoux , fansraifon je me plains:Je
RM2AKR56KThéâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . io LE MAUVAIS THÉÂTRE IV. MARIAMNE, ARLEQUIN,DEUX SUIVANTES. MARIAMNE. JE fuis tout effrayée , à peine je refpire , Arlequin , demeurez ; & vous, quon fe retraite"Un fauteuil, fans cela nepourrois je me parler.Quon cherche Cleor.  ? ARLEQUIN. II vient de senaîler^M A K I A M N F.Hé bien dans un moment dites-lui quil revienne *En lattendant, il faut que je vous entretienne.. M F N A G E N I, ? ^ ^- , ? -. VMARIAMNE ARLECLUIN, scène. M A R I A M N E.[-* nfin, fage Vieillard , vous voyez mes chagrins ;•*-- Et fi de mon Epoux , fansraifon je me plains:Je
Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . ma vengeance , fi vous ne repon^hjontés dez à mes. .Vous ne dites mot ?JULIE. Nattribuez mon filence , Madame , quà lex*ces dun bonheur auquel je naurois jamais ofémattendre ^ ; mais enfin me voilà prêt à vous©béir. Parlez , que faut-il faire ? LA G R N E R A L E. Retournez dans mon palais , où je vais vousJoindre dans le moment , & vous faire dopner afïîiler leshabits necelTaires verser au triomphe qui incelïàmment vacommencer. J U I L L I E /î part, en sen allant. Oh Ciel ! Comment pourrai-je me tirer de the pas ceiiaauvais ◎ MODERNES, 34t |,. S C E N E
RM2AKPCH6Théâtre de monsieur le Grand, comédien du roy . ma vengeance , fi vous ne repon^hjontés dez à mes. .Vous ne dites mot ?JULIE. Nattribuez mon filence , Madame , quà lex*ces dun bonheur auquel je naurois jamais ofémattendre ^ ; mais enfin me voilà prêt à vous©béir. Parlez , que faut-il faire ? LA G R N E R A L E. Retournez dans mon palais , où je vais vousJoindre dans le moment , & vous faire dopner afïîiler leshabits necelTaires verser au triomphe qui incelïàmment vacommencer. J U I L L I E /î part, en sen allant. Oh Ciel ! Comment pourrai-je me tirer de the pas ceiiaauvais ◎ MODERNES, 34t |,. S C E N E